L'éducation nouvelle et la nature: une évidence historique?

L’idée de nature est très présente chez les réformateurs de l’éducation, de Jean-Jacques Rousseau, Johann Heinrich Pestalozzi ou de tous les pédagogues d’éducation nouvelle du début du XXe siècle. L’éducation nouvelle, en tant que courant historique de transformation pédagogique, est fondée sur la prise en compte des besoins et des intérêts de l’enfant. L’objectif est de mettre en œuvre une éducation intégrale qui prenne en compte les différentes facettes de la personnalité de l’enfant en développant les aspects intellectuels et cognitifs mais aussi corporels, manuels et affectifs. Les liens entre l’éducation nouvelle et la nature apparaissent donc bien comme une évidence historique. Néanmoins il convient d’analyser la réalité des discours pédagogiques et de leur mise en œuvre par les pédagogues d’éducation nouvelle, hier comme aujourd’hui. En quoi la nature peut-elle être un élément du développement de l’enfant, un espace propice à la création de l’intérêt et de la motivation, enfin un objet d’enseignement à part entière? Notre contribution propose une réflexion autour de plusieurs axes. Premièrement, une esquisse de définition de la nature, en lien avec la notion d’environnement. Deuxièmement, une analyse de la mise en œuvre de ces discours sur la nature dans les pratiques pédagogiques mises en place. Troisièmement, il convient d’établir toute l’actualité de ses réflexions dans la crise sanitaire actuelle. Depuis un an, les tribunes médiatiques se sont multipliées pour inciter les enseignants à sortir dans la nature avec leurs classes. Mais derrière ce consensus apparent, il convient de penser, dans le droit fil des principes et des pratiques de l’éducation nouvelle, à pérenniser cet essor et proposer une réelle réflexion sur l’enseignement dehors. Dans un contexte très différent, le défi éco-pédagogique actuel de l’éducation à la nature peut-il être éclairé par le prisme de l’histoire de l’éducation nouvelle?

ReferentIn