Les marchés boursiers suisses au XXe siècle : une organisation multipolaire atypique

L'organisation de l'industrie boursière suisse au XXe siècle apparaît comme totalement atypique. Contrairement aux prédictions de la littérature économique dominante fondée sur les économies d'échelle et les bénéfices d'externalités positives et aux expériences des autres pays dotés d'un système financier développé, l'industrie boursière suisse se caractérise par un équilibre multipolaire jusque dans les années 1990. En effet, au cours du XXe siècle, alors même que les pays développés possèdent généralement un marché dominant et des places périphériques, le marché financier suisse est organisé autour de trois pôles principaux d'importance relativement proche: Bâle, Genève et Zurich. Si la Bourse de Zurich est la plus importante en termes de capitalisation boursière que de volume d'échanges, Bâle et Genève suivent de près. Cette hiérarchie demeure relativement stable tout au long du XXe siècle et ce jusqu'à la formation du SIX Exchange, la Bourse unique suisse en 1996. Les premières fusions de bourses ont lieu en Suisse au début des années 1990, soit bien plus tard qu'aux Etats-Unis et en France par exemple. Comment peut-on expliquer cette particularité helvétique? Pour tenter de répondre, nous mettons en évidence les éléments de spécialisation des trois marchés boursiers principaux et nous nous interrogeons sur la nature des interactions concurrentielles entre les trois places boursières principales.

ReferentIn